Témoignage du président de la caritas liban à propos de l’accueil des réfugiés chrétiens irakiens désireux cependant de quitter le moyen-orient

isLes familles chrétiennes ayant fui Mossoul et les villages de la plaine de Ninive qui ont trouvé refuge en territoire libanais sont déjà au nombre de près de 350 « mais ce nombre continue à augmenter chaque jour ». C’est ce qu’indique à l’Agence Fides le Père Paul Karam, Président de la Caritas Liban. « La majeure partie d’entre elles – ajoute le prêtre maronite – est accueillie dans des structures et des maisons paroissiales de Beyrouth et Harissa. En tant que Caritas Liban, nous leur fournissons surtout l’assistance sanitaire et des biens alimentaires de première nécessité. Mais nous sommes attristés par le fait que presque tous déclarent ne pas avoir l’intention de retourner dans leur pays. Ils veulent quitter le Moyen-Orient et émigrer définitivement. Je suis au regret de le dire mais telle est la réalité. Et sur ce point également, la communauté internationale est appelée à faire des choix sensés, si elle ne veut pas, au travers de ses politiques, donner son aval à l’extinction des chrétiens en Irak ». L’exode forcé des chrétiens irakiens de Mossoul et des villages de la province de Ninive, provoqué par l’offensive des miliciens djihadistes du prétendu « Etat islamique », a inspiré au Liban une gestion œcuménique de l’urgence. « Des évêques de différentes églises chrétiennes – raconte le Père Karam – se sont réunis et ont décidé de former une commission ad hoc comptant des représentants chargés de suivre au jour le jour la situation et les nouvelles arrivées de réfugiés chrétiens irakiens. La commission tient des réunions hebdomadaires et les évêques participent eux-mêmes à la rencontre une fois par mois ». La Caritas Liban envoie en Irak des ressources économiques destinées aux évacués. A l’occasion de la récente visite effectuée au Kurdistan irakien par cinq Patriarches des Eglises orientales, le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.B. le Cardinal Bechara Boutros, a lui aussi dévolu une offrande de 500.000 dollars aux Eglises irakiennes et un don de 50.000 dollars en faveur des yézidis, en tant que signe de solidarité offert par tout le peuple libanais. « Il n’en demeure pas moins – reconnaît le Père Karam – que la situation en Irak réclame l’implication de la communauté internationale afin de parvenir à une solution pacifique et politique. Ce qui a contribué à tout faire chanceler ont été des jeux politiques, locaux et mondiaux et cela, il ne faut jamais l’oublier ». (GV) (Agence Fides 05/09/2014)

Leave a Reply